victor-freitas-qZ-U9z4TQ6A-unsplash.jpg

Préparation Physique

La préparation physique mérite une attention particulière : il faut assurer la sécurité, ménager son corps mais aussi permettre d’en exprimer tout le potentiel.

Evaluer, planifier la préparation d’une saison, prévenir les blessures, assurer un développement physique équilibré et néanmoins spécifique, choisir de façon pertinente les contenus d’entrainement… Sont autant de sujets importants à prendre en compte dans notre approche. 

Les thèmes de travail :

Graphique PP.jpg

Les types de travail :

- Préparation Physique Dissociée (PPD) : Séance séparée du travail technico-tactique. Elle repose sur des activités support : course, musculation. (Préparation physique générale : pré-saison ou durant la saison).

- Préparation Physique Orientée (PPO) : Séance de physique dans laquelle on va ajouter des exercices simplifiés techniques (saut, lancer, shoot…) Le Cross-Training dit « spécifique » en est le parfait exemple. (Préparation physique auxiliaire : durant la saison).

- Préparation Physique Intégrée (PPI) : Au contraire du précédent type de travail, cette fois-ci, on intègre le travail d’une ou plusieurs qualités physiques dans une séance technico-tactique. Elle repose sur des situations typiques du sport. Elles sont dirigées conjointement par le préparateur physique et l’entraineur pour amener l’athlète vers le travail physique voulu. (Préparation physique spécifique : proche de la compétition).

L'Evaluation :

Toutes les qualités physiques doivent bien sûr être évaluées régulièrement pour mettre à jour les cycles de travail en fonction des progrès ou régressions. Ils se déclinent sous 3 formes :

- Tests fonctionnels (analyse du mouvement)

- Tests neuromusculaires (ratios de force, répétitions max, puissance, vitesse…)

- Tests énergétiques (évaluer les qualités cardio respiratoires).

La Réathlétisation :

La réathlétisation correspond au retour à l’entrainement et à la compétition le plus vite possible dans des conditions optimales. Si l’on devait situer ce travail dans le temps, il serait juste après le travail de rééducation réalisé par le kiné, et juste avant la reprise des entraînements en groupe. Ce travail « physique » est aussi et avant tout mental : remettre en confiance l’athlète sur sa capacité à exploiter son membre blessé à 100%. (Travail sur des appuis lors d’une entorse à la cheville par exemple).